Gîte l'Abbé Canne

Gîte l'Abbé Canne
6760 Ruette


Localisation:
Virton: 9 km
Montmédy: 21 km
Orval: 27 km
Avioth: 20 km
Longwy: 15 km

Ouverture:

Toute l'année


Accueil:

Animaux admis: Non
Accès handicapés: Non


Capacité:

2 personnes
Gîte non fumeur


Gîte rural 3 épis

Historique

Ruette. Situé sur la rive gauche du ruisseau des Grosses Fontaines, le village de Ruette se divise en deux parties. Ruette la Grande, ancienne possession des comtes de Luxembourg, occupe une butte dont l’église est le centre à partir de laquelle se développe un réseau dense et complexe de rues. Ruette la Petite, possession des Seigneurs de Latour, est séparée de l’autre Ruette par le ruisseau de l’Aunaie actuellement en partie voûté. Elle a des allures de village-rue. Le centre du village a conservé sa physionomie d’autrefois. Celle-ci en est redevable à l’abbé Nicolas Dorion, curé de Ruette de 1701 à 1769.

Celui-ci est né à Cons-la-Grandville en 1675. En 1693, il entre à l’université des Jésuites à Trèves. Curé de Ruette de 1701 à 1769, il a fait édifier le presbytère et la maison vicariale. A sa mort, il a laissé les fonds nécessaires à la construction d’une école de filles. Une épitaphe située dans le mur droit du chœur de l’église rend hommage à ce personnage. L’église, le presbytère et son imposante enceinte, l’ancienne école des filles ainsi que les constructions jointives qui bordent la rue de l’abbé Dorion forment un ensemble architectural et historique d’un grand intérêt qu’il convient de conserver dans les meilleures conditions possibles.


  


La chapelle. L’ancienne église paroissiale Saint Genèse a été incendiée par les Croates en 1634. Cette paroisse dépendait sous l’Ancien Régime de l’abbaye de Saint Hubert. Après avoir été une première fois reconstruite en 1664, la physionomie de l’église actuelle remonte à 1779 sous l’abbatiat de Dom Nicolas Spirlet. Il est à signaler que dès le XVII° siècle, l’église a été reconstruite et déplacée à quelques dizaines de mètres de l’édifice ravagé lors de la Guerre de Trente Ans. La situation ancienne ne figure sur aucun plan. Le presbytère, l’église et l’ancien cimetière sont enserrés dans un mur de clôture et forment un ensemble qui domine le cœur du village.

Le projet de reconversion d’un ancien fournil en gîte rural a permis de redécouvrir un élément de la nef incendiée au début du XVII° siècle. Ce petit bâtiment étudié est accolé au mur de clôture de l’ancien cimetière et forme ainsi une excroissance à l’ensemble. Les vestiges de l’église sont constitués par les restes d’un arc en ogive qui permettait à l’origine la liaison entre la nef centrale et un bas-côté. Cet élément architectural a été préservé lors du réaménagement de 1664 pour former une petite chapelle dont l’ouverture principale est orientée vers le cimetière. Une voûte en blocs de tuffeau couvre le petit oratoire. Un toit en bâtière termine l’ensemble. Plus tard au XIX° siècle, la chapelle a été transformée en modeste habitation. La grande baie en ogive est comblée et une annexe est accolée au flanc nord de l’ancienne chapelle. Le bâtiment est également scindé en deux niveaux. Une cheminée est aménagée et la voûte est percée pour permettre le passage du conduit et autoriser la circulation entre les deux chambres du premier étage. La pente de la toiture du versant nord est modifiée pour abriter les deux nouvelles pièces. Le centre d’activité du petit bâtiment se tourne vers la rue et la façade du côté du cimetière tombe dans l’oubli enfouie sous les lierres.


Bibliographie
Tandel E., 1890. Les Communes Luxembourgeoises, Ruette, Annales de l’institut archéologique du Luxembourg, XXIII, p. 286-303.
Denis Henrotay,La Chronique de l’archéologie wallonne, 17, Namur, 2010, p. 174-175.


© 2018 - Aucune reproduction (même partielle) n'est autorisée sans l'accord préalable du propriétaire du gîte.